Depuis l’aube de l’humanité, les cheveux sont considérés comme un signe de force et de beauté dans de nombreuses cultures. On associe souvent une chevelure abondante à une personne charismatique. Cependant, de nombreuses personnes font face à une perte de cheveux précoce qui est souvent mal vécue. Ce phénomène, que l’on appelle alopécie androgénique, touche aussi bien les hommes que les femmes, mais on remarque qu’il atteint plus largement la gente masculine que féminine. Explication de Starks, une clinique spécialisée dans les services capillaires et l’age management.

Un mécanisme hormonal

Il existe plusieurs types de pertes de cheveux, mais l’alopécie androgénique est une pathologie qui touche toute l’espérance de vie du cheveu. Elle est définitive et est bien plus marquée chez les hommes que chez les femmes. La raison est simple et connue : les hormones masculines.

Tout d’abord, il faut savoir que l’homme a en moyenne entre 100 000 et 150 000 cheveux. Le cuir chevelu est donc la partie du corps ou nous retrouvons la plus grande concentration de follicules pileux, cavité dans laquelle pousse le cheveu. A sa base la paille dermique assure la nutrition du cheveu et sa bonne croissance.

Chez l’homme, la calvitie est due aux hormones, principalement la testostérone. Mise en place après la puberté, elle est responsable de la chute des cheveux. Cette chute vient principalement de la réceptivité excessive du cuir chevelu face à cette hormone. Une enzyme, située au niveau de la papille dermique, la 5 alpha-réductase, entre en réaction avec la testostérone pour fabriquer une autre hormone : la dihydrotestostérone (DHT). Cette hormone impose au cheveu un cycle de croissance accéléré. Le follicule pileux va alors se rétrécir, le cheveu va pousser beaucoup plus fin et les cycles de pousse vont s’épuiser plus rapidement. Plus les cycles se consomment, plus le cheveu devient fin, avant de devenir du simple duvet. A un certain moment, l’ostium folliculaire (l’endroit où sort le cheveu) va se cicatriser et le cheveu ne pourra plus pousser, car tous les cycles de vie auront été épuisés. Les hommes se retrouvent donc avec des zones du crâne glabres.

Mais pourquoi l’alopécie androgénique touche-t-elle moins les femmes ? Tout simplement, car les ovaires produisent dix fois moins de testostérone que les testicules masculins. De plus, on constate que pendant la grossesse, certaines femmes arrêtent de perdre leurs cheveux, car les décharges d’œstrogènes neutralisent le phénomène.

Les remèdes à l’alopécie

Étant un problème génétique, il n’existe pas de remèdes miracles pour ne plus perdre ses cheveux, que l’on soit un homme ou une femme. Cependant, il est possible de retarder le processus grâce à différents traitements comme ceux que propose Starks : luminothérapie, mésothérapie, etc.

Pour remédier au problème de l’alopécie de manière durable, la greffe de cheveux est la seule solution. Si vous souhaitez plus de renseignements sur cette technique, n’hésitez pas à contacter la clinique Starks.

 

 

Merci d’avoir consulté ce post. Starks fournit actuellement des solutions de gestion de l’âge dans des cliniques situées en France, en Grèce et en Italie. Veuillez cliquer ci-dessous pour lire cet article dans l’une de ces langues.

Take care of my hair

Remplissez le formulaire et nous vous contacterons au plus vite