Skip to main content

Vous avez peut-être entendu dire que les cheveux deviennent épais et brillants pendant la grossesse. Cela peut être vrai pour certaines femmes, grâce à des niveaux élevés d’hormone œstrogène, cependant, d’autres futures mamans connaissent une dégradation, et même une perte de cheveux pendant la grossesse ou dans les mois qui suivent immédiatement la naissance. Selon Starks, une clinique spécialisée dans les services capillaires, la perte de cheveux est normale et peut être causée par des facteurs différents, comme les hormones, les effets agressifs sur le corps ou les conditions médicales qui accompagnent généralement la grossesse.

Quelles sont les causes de la perte de cheveux durant la grossesse ?

Les hommes et les femmes perdent en moyenne environ 50 à 100 cheveux par jour. Pendant la grossesse, l’augmentation des niveaux d’œstrogène ralentit le cycle naturel de la chute des follicules pileux. En conséquence, certaines femmes peuvent en fait perdre moins de cheveux pendant la grossesse. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Le déséquilibre hormonal

Certaines femmes peuvent souffrir d’amincissement et de perte de cheveux en raison du stress ou du choc. Cette condition est appelée « effluvium télogène » et affecte un petit nombre de femmes pendant la grossesse.

Pour les experts de la clinique Starks, la perte de cheveux due à des changements hormonaux ne se produit pas toujours immédiatement. En effet, ça peut prendre de deux à quatre mois pour remarquer un amincissement de la chevelure. Cette condition ne dure généralement pas plus de six mois et n’entraîne pas de perte de cheveux permanente.

Les problèmes de santé

Des problèmes de santé peuvent survenir pendant la grossesse, entraînant un effluvium télogène. La perte peut être assez dramatique, surtout si elle est liée à un déséquilibre continu des hormones ou des vitamines essentielles. Ainsi, au lieu de perdre la moyenne de 100 cheveux par jour, vous risquez de perdre jusqu’à 300 cheveux par jour.

Les problèmes de thyroïde

Les troubles thyroïdiens, comme l’hyperthyroïdie (trop d’hormones thyroïdiennes) ou l’hypothyroïdie (trop peu d’hormones thyroïdiennes), peuvent être difficiles à repérer pendant la grossesse.

Des deux troubles, l’hypothyroïdie est la plus fréquente, affectant environ 2 ou 3 femmes enceintes sur 100. La perte de cheveux est un simple symptôme avec les crampes musculaires, la constipation et l’épuisement. Environ 1 femme sur 20 peut également souffrir de problèmes thyroïdiens (thyroïdite post-partum) après la naissance du bébé. Dans tous les cas, les problèmes thyroïdiens sont généralement diagnostiqués avec un test sanguin.

La carence en fer

Comme nous l’expliquent les experts Starks, la carence en fer se produit lorsque vous n’avez pas suffisamment de globules rouges pour acheminer l’oxygène vers différents tissus du corps. Il peut provoquer un amincissement des cheveux ainsi que d’autres symptômes, comme la fatigue, un rythme cardiaque irrégulier, un essoufflement à l’effort, et même des maux de tête.

Les femmes enceintes courent un risque accru de développer une anémie, surtout si leurs grossesses sont rapprochées, si elles sont enceintes de jumeaux, ou si elles ont des nausées matinales graves. Cette situation peut également être diagnostiquée avec un test sanguin.

Bien que la perte de cheveux pendant la grossesse ne soit pas permanente, vos cheveux peuvent ne pas retrouver leur épaisseur normale jusqu’à ce que les niveaux d’hormones ou de vitamines soient revenus à leurs valeurs habituelles.

 

Merci d’avoir consulté ce post. Starks fournit actuellement des solutions de gestion de l’âge dans des cliniques situées en France, en Grèce et en Italie. Veuillez cliquer ci-dessous pour lire cet article dans l’une de ces langues.