Soyons clairs directement : la chute de cheveux saisonnière est un phénomène normal. Egalement appelé alopécie passagère, elle dure entre 4 et 6 semaines. Au cours de l’année, on compte deux chutes de cheveux saisonnières : l’entrée de saison au printemps et l’entrée de saison en automne. Souvent, les personnes (hommes et femmes) prennent souvent peur lorsqu’elles remarquent qu’elles perdent plus de cheveux qu’à l’accoutumée. Pourtant, doit-on vraiment avoir peur de la chute de cheveux saisonnière ? Réponse de Starks, une clinique spécialisée dans les services capillaires.

Devez-vous vous inquiéter ?

Il y a deux cas à prendre en considération.

Lorsque les cheveux sont en bonne santé (robuste, bonne racine et bonne élasticité), il n’y a aucune raison de s’inquiéter de la chute saisonnière. En effet, les cheveux perdus vont être remplacés par des nouveaux en quantité et en qualité suffisante.

Lorsque les cheveux sont déjà sujets à des chutes régulières, tout au long de l’année, et qu’ils sont dévitalisés et fins, la chute saisonnière peut accentuer ce phénomène. En résumé, la chute saisonnière s’ajoute à une chute chronique. Dans ce cas, il est possible que les repousses ne soient pas en quantité suffisante.

Que faire ?

Dans le cas, où les cheveux sont en bonne santé, il faut tout de même prendre les devants et prendre soin de sa chevelure. Vous pouvez faire des soins à base d’huiles essentielles afin d’apporter aux cheveux les nutriments dont il a besoin pour préserver votre capital. De plus, le choix d’un bon shampoing est très important. Starks conseille d’utiliser un shampoing naturel au pH neutre, non irritant et sans silicone.

Dans le deuxième cas, il faut stimuler la racine des cheveux pour qu’ils repoussent en quantité tout en étant renforcés. A cette fin, Starks propose des solutions innovantes comme la luminothérapie et la mésothérapie.

Dernier conseil, valable pour les deux cas : adoptez une alimentation saine et variée tout au long de l’année et spécialement pendant ces périodes de chute saisonnière. Elle doit être riche en protéine, en vitamine B, en oligoéléments (zinc, fer, etc.). Enfin, boire beaucoup d’eau est également très important.

En résumé, il faut faire attention à ce que la chute de cheveux saisonnière ne cache pas une alopécie androgénique. Si vous êtes inquiet, vous pouvez toujours faire un diagnostic capillaire auprès de votre clinique Starks. Dans tous les cas, sachez que la science a fait des progrès considérables dans le domaine du traitement de l’alopécie. Maintenant, la calvitie n’est plus une fatalité.

Take care of my hair

Remplissez le formulaire et nous vous contacterons au plus vite